Est-il possible d’envoyer des astronautes sur Mars ? Oui, cependant, cela dépend

L’une des questions les plus pérennes en astronomie : « Est-il possible d’envoyer des astronautes sur Mars ? » — peut avoir reçu une réponse de la part d’une équipe internationale de scientifiques, y compris des experts de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA). En bref : « Oui, mais cela dépend ».

Cela peut vous intéresser : Marden Show Home présente pourquoi les acheteurs devraient déménager à Kent ce printemps

Actuellement, plusieurs obstacles technologiques doivent être surmontés avant même d’envisager l’idée d’une mission habité sur Mars. Deux doutes sont constants lorsque cette question est à l’ordre du jour : le rayonnement des particules représente-t-il une très grande menace pour la vie humaine lors d’un voyage vers la planète rouge ? Et le moment où la mission sera lancée aiderait-elle à protéger les membres de l’équipage contre les radiations ?

A lire aussi

A découvrir également : 3 meilleurs systèmes de revêtement de sol pour garage

L’idée d’envoyer des astronautes sur Mars est imaginée par plusieurs experts en astronomie et en exploration spatiale. Techniquement, c’est possible, mais certaines adaptations seront nécessaires. Image : Supamotion/Shutterstock

Respectivement, « non » et « oui », selon une étude de scientifiques publiée dans le journal scientifique Space Weather (déjà revue par ses pairs).

Les deux questions sont liées : il est clair que le rayonnement solaire et les particules spatiales représentent un risque important pour la vie humaine, et le volume d’activité solaire peut dicter l’efficacité de tout mécanisme de protection. Certains pensent que plus l’activité du Soleil est basse, plus les membres de l’équipage seront sûrs. En fait, la réponse peut être l’inverse.

Selon les auteurs de l’étude, lorsque le Soleil atteint son degré maximal d’activité — un moment connu sous le nom de maximus solaire —, les particules les plus dangereuses et les plus énergisées provenant des parties les plus éloignées de la galaxie ont tendance à être reflétées par l’étoile. Par conséquent, en supposant que les astronautes et le navire soient suffisamment protégés, le voyage serait réalisable.

En gros, un voyage de la Terre à Mars dure environ neuf mois. Yuri Shprits, géophysicien qui a participé à la recherche, affirme que tout dépendrait de la quantité de carburant disponible, mais qu’il n’est pas inapproprié d’un voyage sur la planète rouge qui verra le retour de ses astronautes en moins de deux ans.

« Cette étude montre que même si les rayonnements spatiaux imposent des limites sévères quant au moment et à l’intensité du lancement du navire, à part le fait qu’il représente des difficultés technologiques pour les missions humaines sur Mars, un tel voyage est possible », a déclaré Shprits.

Le problème est que les rayonnements sont constants dans l’espace et que la protection contre celle-ci se dégraderait, ce qui n’est pas très différent d’un bouclier qui s’use lorsqu’il prend trop de coups. Par conséquent, Shprits recommande que ces voyages ne durent pas plus de quatre ans à l’avenir, ou des agences comme la NASA risqueront de voir leurs astronautes ne pas revenir.

Il est important de souligner que dans l’espace, du volume d’activité du Soleil : les rayons cosmiques ont tendance à être plus faibles entre six et 12 mois après le pic le plus élevé d’activité solaire, tandis que les particules apportent une plus grande intensité pendant le maximus solaire.

Sur la base de ces informations, Shprits, en collaboration avec des collègues du Massachusetts Technological Institute (MIT), de l’Institut scientifique et technologique de Moscou et du GFZ Potsdam en Allemagne, concluent qu’un navire dont la carcasse est faite de matériaux plus épais devrait protéger les astronautes des rayonnements externes. , mais à l’intérieur, il pourrait contribuer à une intoxication secondaire par rayonnement.

En d’autres termes : est-il possible d’envoyer des astronautes sur Mars ? Oui. Cela vaut-il la peine de le faire maintenant ? Il vaut mieux ne pas le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *