Une étude confirme la relation entre les pesticides les plus couramment utilisés dans le monde et le cancer

Une analyse approfondie des études révèle une probabilité supérieure de 41 % de développer des lymphomes non hodgkiniens chez les personnes présentant une forte exposition au glyphosate produit par Monsanto

Le pesticide le plus utilisé dans le monde, présent dans 90 % des plantations de soja et dans les principales cultures agricoles, est également le pesticide le plus controversé. Développé et popularisé par Monsanto, le glyphosate est depuis longtemps soupçonné de causer le cancer, en plus d’être lié à l’extermination des abeilles.

A découvrir également : Les PME qui reçoivent des financements de l'UE surpassent sensiblement celles qui n'ont pas

Le siège contre le produit, l’ingrédient actif de RoundUp et plus d’une centaine d’autres produits, et utilisé à grande échelle depuis les années 1970, s’est resserré en 2015. Un rapport du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé la substance comme étant « cancérogène probable pour l’humain » en 2015.

Les cas de cancer les plus associés à l’exposition au glyphosate étaient des lymphomes non hodgkiniens et du système circulatoire. Le rapport conclut en outre que l’exposition au glyphosate causait des dommages à l’ADN et aux chromosomes dans les cellules humaines, ainsi que des effets génotoxiques, hormonaux et enzymatiques chez les mammifères.

Sujet a lire : Comment améliorer les performances de votre supply chain?

Depuis lors, le produit a fait l’objet de restrictions dans plusieurs pays, ainsi que de milliers de poursuites. Il y a plus de 9 000 procès contre Monsanto et son propriétaire, le Bayer allemand, aux États-Unis seulement.

En août, le premier verdict sur la question était unanime en faveur du jardinier Dewayne Johnson, qui prétend avoir contracté un cancer en raison de l’utilisation de Roundup et Rangers Pro, un glyphosate de deuxième ligne de Monsanto. La société a interjeté appel, mais doit devoir retourner en justice plusieurs fois d’ici 2020 dans ce cas et dans des milliers d’autres cas.

La société se défend. Il est dit qu’il n’y a pas de recherche scientifique légitime qui démontre une association certaine entre le glyphosate et tout type de cancer. Sa défense repose principalement sur l’opinion de l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis, qui considère que le glyphosate est « peu probable » pour causer la maladie.

Cet argument a toutefois perdu beaucoup de force ces derniers jours. Une analyse scientifique générale a permis de conclure que les personnes présentant une exposition élevée aux pesticides courent un risque plus élevé de développer un cancer du lymphome non hodgkinien de 41 %.

« Ce travail démontre plus fort que les méta-analyses précédentes selon lesquelles il existe des preuves d’un risque accru de lymphome non hodgkinien dû à l’exposition au glyphosate », a déclaré la coauteure Lianne Sheppard, professeure au Département des sciences de l’environnement et de la santé au travail de l’Université de Washington. « Du point de vue de la santé de la population, il y a des préoccupations réelles. »

Les pesticides se dispersent avec le vent.

Avec une aggravation pour Bayer/Monsanto : trois des cinq auteurs de l’étude sont membres du conseil d’administration d’un panel scientifique de l’EPA sur le glyphosate. En outre, l’article a été accepté, examiné et publié par le magazine Reviews in Mutation Research, dont bunais, doivent être revus. « C’était faux », a déclaré Sheppard, à propos de l’évaluation du glyphosate par l’EPA.
L’un des conseillers de l’EPA a déclaré que l’agence n’a pas suivi les protocoles scientifiques afin d’affirmer que la substance ne provoque pas de cancer. « Il était évident qu’ils n’ont pas suivi leurs propres règles », a-t-il déclaré dans une interview avec The Guardian. « Y a-t-il des preuves qu’il est cancérogène ? La réponse est oui. »

Selon les auteurs, afin de parvenir à la conclusion, ils ont évalué toutes les études existantes évaluant l’impact du glyphosate sur l’homme. « Si l’on considère uniquement les personnes qui présentent une forte exposition aux pesticides dans le monde réel, il est moins probable que des facteurs confusionnels puissent fausser les résultats », ont écrit les auteurs. C’est-à-dire : « S’il n’y avait pas de lien réel entre le produit chimique et le cancer, même les personnes très exposées ne devraient pas développer un cancer à des taux significatifs ».

En plus d’examiner les études humaines, les chercheurs ont également analysé d’autres types d’études sur le glyphosate, y compris chez les animaux. « Ensemble, toutes les méta-analyses effectuées jusqu’à présent, y compris la nôtre, font systématiquement état de la même découverte importante : l’exposition aux pesticides au glyphosate est associée à un risque accru de lymphomes non hodgkiniens », concluent les scientifiques.

Dans une déclaration, Bayer a déclaré que l’étude « ne fournit pas de nouvelles données épidémiologiques ; c’est plutôt la manipulation statistique qui n’est pas d’accord avec le vaste corpus scientifique, 40 ans d’expérience dans le monde réel et les conclusions des organismes de réglementation ».

Selon l’entreprise, les chercheurs « ne fournissent pas de preuves scientifiquement valides qui contredisent les conclusions de la vaste corpus scientifique démontrant que les herbicides à base de glyphosate ne sont pas cancérogènes ».

Source : Magazine Galileo