Le psoriasis et l’intestin –

Le psoriasis est une altération inflammatoire chronique et systémique, avec une interaction génétique, immunitaire et environnementale qui affecte beaucoup de gens et dont la principale caractéristique est l’émergence de plaques rougeâtres qui s’épanouissent et peuvent apparaître dans diverses parties du corps : les coudes, les genoux, les jambes, les mains et peut même modifier la les ongles.

On sait depuis longtemps que les patients atteints de psoriasis ont un risque accru de développer des maladies inflammatoires intestinales telles que la maladie de Cronh et la rectocolite ulcéreuse, ce qui justifie en soi une étude plus précise de leur santé intestinale.

En parallèle : L'équipement de golf gagnant de Talor Gooch au RSM Classic du PGA Tour

En effet, dans le psoriasis, une dysrégulation de la réponse immunitaire du patient associée à une dysbiose intestinale se produit, et dans ce cas, l’augmentation du stress émotionnel est un déclencheur qui finit par déclencher ou aggraver des crises, car elle aggrave l’inflammation. La modulation de cette inflammation se produit par l’alimentation et la modulation de l’intestin.

En outre, un article publié dans la revue de l’American Academy of Dermatology apporte la conclusion qu’il y a un risque accru de positivité d’anticorps liés au blé et d’entéropathie coeliaque chez les patients atteints de psoriasis, recommandant des recherches sur la maladie coeliaque. Il y a également des cas de rémission de psoriasis avec un régime sans gluten.

A lire également : Talor Gooch remporte la Classique RSM 2021

Ainsi, l’accent est mis sur le traitement de l’inflammation et du processus oxydatif. Ainsi, les nutriments et les phytochimiques avec contre-action (anti-inflammatoires et antioxydants) sont largement indiqués : Oméga 3, Minéraux tels que le sélénium (compose l’enzyme glutathion — GSH), ainsi que les vitamines C, E, Manganèse, Cuivre et Zinc et pour la modulation de l’immunité : Vitamine D. Il est également essentiel exclure les antigènes Nourriture, prendre soin de l’intégrité de la muqueuse intestinale et faire recolonisation avec pré- et probiotiques.

Référence : https://doi.org/10.1016/j.jaad.2014.03.017