Les sénateurs demandent un rapport médical sur le cannabis

La Commission des droits de l’homme et de la législation participative du Sénat fédéral a discuté ce jeudi (12) du rapport d’Alessandro Vieira (CDD-SE) qui réglemente le cannabis médical et le chanvre industriel au Brésil. La semaine dernière, le parlementaire a donné son assentiment à la proposition législative et a présenté le rapport au comité . La réunion a commencé à 9 heures. a été discuté vers 10h30.

En même temps que les membres du comité qui ont demandé la parole, la position était de ne pas permettre l’auto-culture, mais seulement par les entreprises et éventuellement les associations.

A découvrir également : Société ATS Studios

Le sénateur Fabiano Contarato (REDE-ES) a demandé un avis sur le projet, qui a été étendu à la vision collective. Le président de la commission, Paulo Paim, a appelé les parlementaires à voter sur le texte lors de la réunion de jeudi prochain.

Ensuite, la suggestion 32/2019 a été présentée, qui propose la légalisation de la marijuana à usage médical et récréatif. Cette proposition était à l’opposé du rapporteur, Alessandro Vieira, qui a été approuvé à l’unanimité par les membres de la commission.

A lire en complément : Les scientifiques signent une lettre pour un large accès au cannabis médical au Brésil

Veuillez patienter pour plus d’informations

S’il est approuvé par les membres de la CDH, le texte proposé par le Réseau brésilien pour la réduction des risques et les droits de l’homme sera soumis au Conseil d’administration de la Chambre, qui sera numéroté et commencera à travailler comme un projet de loi rédigé par la commission elle-même.

À partir de là, c’est le conseil d’administration qui décidera des comités sur lesquels le PL doit travailler. En principe, il ne revient pas à CDH. Il est plus susceptible de se présenter aux commissions des affaires sociales, de la Constitution et de la justice avant de se rendre en plénière. En juillet, le sénateur a donné une interview au portail Sechat, lorsqu’il a expliqué sa proposition.

« L’idée du projet que nous élaborons, basée sur une suggestion d’initiative populaire, est d’autoriser la culture du cannabis à l’intérieur, dans des bâtiments sécurisés, sans accès du grand public. Mais celui qui réglementera cette culture est Anvisa. La culture doit être sûre, même si nous n’avons pas de questions sur qui pensent que la libération de la culture favorisera la consommation récréative.

« Ce que nous voulons, c’est encourager la production d’un médicament, de sorte que la sécurité doit être prioritaire. Si les associations qui cultivent actuellement du cannabis avec l’autorisation du ministère de la Justice satisfont à ces exigences en matière de sécurité, elles peuvent poursuivre leur production.

Objectifs originaux de la proposition

La suggestion originale pour le projet de loi en faveur de la marijuana médicale et du chanvre industriel présentée par le Réseau brésilien de réduction des risques et DDHH au Sénat énumère les objectifs suivants :

I — Établir un cadre réglementaire complet pour la marijuana médicale, conformément au décret 5813/2006, qui approuve la Police nationale des plantes médicinales et la production de semences de chanvre agricole par le Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de l’approvisionnement pour la production de semences de chanvre. (Lire le document complet)

Le sénateur Alessandro Vieira, cependant, est contre la proposition d’autoculturelle :

« Ce que nous avançons avec Anvisa, c’est dans le sens de réglementer la culture et l’approvisionnement de ces produits par l’État lui-même, en scellant l’auto-culturel qui peut réellement générer le risque de consommation récréative. Il doit certes réglementer, surveiller et prévenir toute déviation liée à la consommation récréative. Nous préconisons est de répondre à un besoin médical ».