Le juge de la MG autorise le patient épileptique à planter de la marijuana à la maison sans limitation de quantité

La Cour de justice de Minas Gerais a autorisé, mardi (15), un résident de Juiz de Fora souffrant d’épilepsie à planter Cannabis sativa à la maison en « quantité suffisante pour la production d’huile » qui traite sa maladie. Il s’agit du 45e Habeas Corpus permettant la culture individuelle de marijuana à des fins médicinales au Brésil, selon le réseau juridique Réforme des drogues .

Le patient a signalé qu’il souffre d’une épilepsie généralisée difficile à contrôler et est entré au tribunal pour demander une conduite sécuritaire pour cultiver la plante. Il a soutenu qu’il ne répondait plus aux médicaments conventionnels déjà prescrits et que l’absence de traitement avec la plante pourrait conduire à « des crises d’épilepsie risquant de tomber avec un traumatisme crânien, de chute de la langue avec étouffement, de risque d’accident vasculaire cérébral, d’infarctus du myocarde et de risque de mort ».

Avez-vous vu cela : Plus de pesticides ! Signez la pétition en ligne

Le personnel médical a prescrit l’huile de chanvre scientifique Real Scientific (RSHO) 24%, produite aux États-Unis. Selon le patient, cependant, le médicament était trop cher pour sa norme, il est donc entré avec la tutelle précoce en action contre l’État de Minas Gerais, exigeant l’approvisionnement continu du médicament. Cependant, l’État ne lui a payé le médicament qu’une fois.

Le patient a ensuite planté quelques plants de cannabis à la maison pour produire l’huile. Puis il a recueilli des rapports médicaux qui prouvent l’amélioration du traitement et est retourné en justice.

Cela peut vous intéresser : Kaspersky Lab annonce une croissance de 4 % de son chiffre d'affaires à 726 millions de dollars en 2018

L’injonction émise par le juge Dirceu Walace Baroni empêche « le patient de subir la contrainte ou la restriction de sa liberté par l’un quelconque des agents publics.

La sécurité délivrée lui permet de « cultiver dans sa résidence, exclusivement à des fins médicinales et pour sa propre consommation, la quantité suffisante pour la production de l’huile essentielle pour poursuivre le traitement de la maladie ».

SC détermine également « le scellement de l’emprisonnement dans les mains rouges du patient par la culture, l’utilisation et la taille des plantes Cannabis sativa et l’huile artisanale extraite du légume, utilisée pour le traitement thérapeutique et aussi l’appréhension de ceux-ci ».

La décision a lieu le jour même où Anvisa reporte le règlement

SC a été accordé le même jour que l’Agence nationale de surveillance de la santé reporté le vote sur le processus de réglementation du cannabis médical au Brésil . Deux directeurs d’Anvisa ont demandé leur avis sur le processus, dans le cadre d’une initiative considérée par le secteur comme une pression politique de la part du gouvernement fédéral. Le président de l’organe lui-même, William Dib, dans son vote en faveur de la réglementation, a averti que si l’agence ne réglemente pas la plantation, « nous serons aspirés dans des actions civiles légales ».

Le président de la Réforme de la drogue, Emilio Figueiredo, a célébré l’habeas corpus et critiqué le report du règlement :

« Bonjour à vous qui fait partie d’une équipe qui a obtenu hier le 45e Habeas assez conservateur état. Bientôt nouvelles beaucoup plus cohérentes que n’importe quelle scène dans ce théâtre réglementaire ».