Nourriture, vapes et huiles : Ce que vous devez savoir sur la marijuana 2.0

Au Canada, les brownies infusés de cannabis, les crèmes pour les mains à base de CBD et les produits vapeurs sont maintenant cool, mais les consommateurs impatients devront attendre jusqu’à la mi-décembre au moins et la province qui possède les magasins de marijuana les plus autorisés signale début 2020 est plus réaliste.

Les règlements sur les produits de marijuana de prochaine génération, comme les comestibles, les boissons et les vapes, sont entrés en vigueur le 17 octobre, soit exactement un an après que le Canada a légalisé la marijuana récréative.

Lire également : Lydia Ko remporte le trophée Vare, à quelques centimètres du Temple de la renommée de la LPGA

En raison de la période de notification obligatoire de 60 jours, les entreprises doivent fournir à Santé Canada avant de vendre ces produits le plus tôt possible que ces produits appelés Cannabis 2.0 peuvent être commercialisés légalement au Canada à la mi-décembre.

Les entreprises ont déjà commencé à révéler les détails de leurs produits à l’avance, allant de l’eau de source aux balles contenant du CBD et du THC, respectivement, deux ingrédients actifs présents dans le cannabis.

Lire également : Combien de golfeurs ont gagné au championnat CME Group Tour

Ces produits dérivés du cannabis seront soumis à des réglementations strictes, y compris une limite quant au niveau des ingrédients actifs et de l’emballage. Ils ne peuvent pas non plus contenir de nicotine, de caféine ou d’alcool, et les entreprises ne seront pas en mesure d’appeler ces boissons bière ou vin.

Pour le cannabis comestible, qu’il s’agisse d’aliments ou de boissons, la quantité de THC sera limitée à 10 milligrammes par contenant conformément aux règlements de Santé Canada. Par exemple, dans un paquet de gommes aromatisées de raisin, la quantité totale de THC dans tous les morceaux ne doit pas dépasser 10 milligrammes.

Les extraits de plantes sont limités à 1 000 milligrammes de THC par récipient. Un flacon peut contenir 100 capsules de THC d’un extrait, chacune contenant 10 milligrammes de THC, par exemple.

Ces produits ne devraient pas être raisonnablement considérés comme attrayants pour les enfants, ce qui prendrait en compte des facteurs tels que la forme, le goût et l’arôme et devraient être contenus dans un emballage simple et à l’épreuve des enfants.

Santé Canada a déclaré qu’il s’attendait à une « sélection limitée » dans les magasins juridiques d’ici à la mi-décembre au moins.

Selon l’organisme provincial responsable de la réglementation du cannabis, les Albertains verront probablement ces produits en vente dans les magasins et en ligne au début de l’année prochaine.

« Bien que rien ne soit définitif et que le temps le dira, le calendrier de janvier 2020 indique quand les consommateurs peuvent s’attendre à voir les produits sur les étagères », a déclaré Heather Holmen, directrice des communications à l’Alberta Gaming, Liquor and Cannabis Commission, dans une déclaration par courriel.

Nova Scotia Liquor Corporation, dont les points de vente vendent de l’alcool récréatif et de la marijuana, s’attend à une « lente introduction » des produits à partir de la fin de décembre, selon les discussions avec les fournisseurs potentiels, a déclaré avec des producteurs de cannabis autorisés qui ont exprimé leur intérêt et leur capacité d’être des fournisseurs. Le procureur général de la Colombie-Britannique doit annoncer les plans de la province pour les produits le vendredi après-midi.

« Il faudra un certain temps avant que les fournisseurs puissent approvisionner et expédier un ensemble complet de produits aux détaillants. La disponibilité des produits dépendra de plusieurs facteurs, comme l’offre et la demande des fournisseurs sur d’autres marchés au Canada », a déclaré Viviana Zanocco, porte-parole de la BCLDB, dans un courriel.

La société québécoise du cannabis, connue sous le nom de SQDC, s’attend également à ce que la deuxième vague de légalisation se fasse graduellement à partir de la mi-décembre avec des produits qui « devraient surtout être des boissons », selon le porte-parole Fabrice Giguere.

Jean-François Bergeron, président de la SQDC, a déclaré que les offres initiales seront limitées et comprendront des boissons telles que des thés, divers types d’eau gazeuse et des bières non alcoolisées.

Les entités gouvernementales du Yukon, de Terre-Neuve-et-Labrador, des Territoires du Nord-Ouest et du Nouveau-Brunswick affirment également qu’elles se préparent à un lancement à la mi-décembre.

Santé Canada a déclaré dans un communiqué électronique qu’il ne retarde pas la légalisation de la marijuana, mais qu’il surveille activement la situation des deux côtés de la frontière et qu’il « prendra des mesures supplémentaires, si nécessaire et approprié, pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens ».

Source : Airdrie aujourd’hui